Un gendarme et une pagayeuse évacués par hélicoptère à la suite d’un sauvetage héroïque sur le fleuve

Columbia Valley, C.-B. District du Sud-Est, C.-B., Voicicequenousfaisons

2021-06-30 15:00 HAP

Dossier nº 2021-1744

Un gendarme de la vallée du Columbia en Colombie-Britannique est reconnu pour avoir risqué sa vie pour en sauver une autre. Mardi dernier, le policier, un membre des forces de l’ordre du Canada depuis quatre ans et un nageur d’expérience, s’est empressé d’aider une pagayeuse qui se battait contre le courant du fleuve à atteindre la rive de façon sécuritaire.

Le 29 juin 2021, tout juste après 17 h, la GRC de la vallée du Columbia a reçu un appel lui demandant de vérifier le bien-être d’une pagayeuse qu’on croyait être en détresse sur le fleuve Columbia. L’appelante avait reçu un appel téléphonique d’une amie qui semblait être en détresse extrême. Elle a réussi à déterminer que son amie était probablement en planche à pagaie sur le fleuve Columbia, et qu’elle était partie du parc James Chabot.

Comme elle avait reçu d’autres informations d’un deuxième appel au 9-1-1 concernant une pagayeuse qui criait à l’aide, la GRC a dépêché le personnel de recherche et de sauvetage de la vallée du Columbia et a demandé l’aide de la caserne locale pour un sauvetage en eaux vives. Grâce aux renseignements tirés d’autres appels passés au 9-1-1, les agents de première ligne ont pu cerner l’emplacement de la femme sur le fleuve près de Capilo Way.

« Les policiers premiers répondants ont aperçu la femme de 36 ans originaire d’Invermere en train de s’appuyer contre une barre de sable, au centre de la section du fleuve de 25 mètres de large, dans la partie où le courant est le plus fort », décrit le caporal Jesse O’Donaghey, porte-parole de la GRC de la Colombie-Britannique. « Ces agents ont rapidement compris que la femme, dont la tête, le cou et les épaules se trouvaient hors de l’eau à leur arrivée, ressentait de la fatigue et commençait à glisser sous la surface. »

La pagayeuse continuait son appel à l’aide et montrait des signes qu’elle perdait pied alors qu’elle luttait contre le courant étonnamment fort du fleuve Columbia. Selon les autorités locales, l’eau était très froide en raison du ruissellement, et elle était remplie de débris dangereux.

Gendarme Andrew Henneberry en uniforme à côté de sa voiture de patrouille;

Le gendarme Andrew Henneberry, qui était en poste au Détachement de la vallée du Columbia depuis qu’il est devenu membre de la Gendarmerie royale du Canada en 2017, a compris que les secouristes devaient agir rapidement. Andrew, nageur compétitif d’expérience et entraîneur de natation, savait que le personnel de recherche et de sauvetage ne serait pas là avant au moins quinze minutes. Il a donc pris la décision de retirer tout son équipement et ses options d’intervention policière pour secourir lui-même la femme.

« Sans hésitation, et avec l’approbation de son supérieur sur place, le gendarme Henneberry est entré dans l’eau et a réussi à rejoindre la femme qui perdait visiblement ses forces. En nageant contre le fort courant, le gendarme a dit se sentir lui-même très fatigué. Il a guidé la femme jusqu’à l’autre côté du fleuve, où ils ont pu trouver un endroit où s’asseoir au bord de l’eau pour reprendre des forces », ajoute le caporal O’Donaghey.

Un hélicoptère de recherche et sauvetage est arrivé sur place environ quinze minutes plus tard, et a transporté le gendarme Henneberry et la pagayeuse hors de l’épaisse broussaille par voie aérienne. La victime n’avait aucune blessure visible, mais démontrait des signes de choc évidents. Elle a été soignée par des responsables de soins médicaux d’urgence.

: Photo prise pendant le sauvetage sur le fleuve Columbia;

: Photo prise pendant le sauvetage sur le fleuve Columbia;

Le gendarme Henneberry, qui était auparavant un entraîneur du club de natation local Columbia Valley Otters, fait de la natation depuis l’âge de 10 ans, et a passé 9 ans de sa vie à faire de la compétition. Lorsqu’on s’est informé auprès de lui à propos du sauvetage de la veille, Andrew a dit : « J’étais concentré sur la victime, et bien entendu sur la dure tâche devant moi. » Il ajoute : « En tant que policiers, on nous apprend la mentalité de survie, et de son importance dans des situations de stress élevé. Je peux dire qu’elle avait cette mentalité! »

Il a aussi ajouté que ses plus grandes inquiétudes concernaient la profondeur inconnue du fleuve, et la quantité de débris qui flottait en aval en raison du ruissellement plus élevé que la normale. Henneberry estime que la profondeur du fleuve était d’au moins 20 pieds et qu’il ne pourrait donc pas toucher le fond s’il en avait besoin. Bien que le gendarme ait passé la plus grande partie de sa vie à nager, et qu’il a enseigné la natation à bien d’autres personnes, la plus grande crainte d’Andrew était qu’il ne connaissait pas ce secteur en particulier, ou s’il y avait un courant de reflux.

Dans un débreffage à la suite du sauvetage, le gendarme Henneberry a avoué être très touché par cette expérience. En repensant à la situation maintenant que la réalité s’est installée, il reconnaît que l’incident aurait facilement pu se terminer de façon tragique pour la victime et lui. Il a félicité la femme d’avoir fait exactement ce qu’il fallait, ce qui a mené à son sauvetage. Il encourage tous les gens qui prévoient sortir pour profiter de la beauté de la Colombie-Britannique de se préparer en conséquence.

Les services aux victimes de la GRC de la vallée du Columbia appuient la femme et sa famille.

Photo au-dessus de l’épaule du gendarme Andrew Henneberry alors qu’il entraîne le club de natation local à partir du bord de la piscine;

Photo du gendarme Andrew Henneberry en uniforme, près d’une piscine, en tant qu’entraîneur du club de natation local;

Diffusé par :
Caporal Jesse O’Donaghey

Les médias peuvent communiquer avec :
Caporal Jesse O’Donaghey, par courriel, à jesse.odonaghey@rcmp-grc.gc.ca ou, par téléphone, au 250-491-4317
 

Diffusé par :

Cap. Jesse O'Donaghey

S.-off. conseiller de district (Relations avec les médias)
District du Sud-Est
395, chemin Penno, bureau 170, Kelowna (C.-B.) V1X 7W5
Téléphone : 250-491-4317
Cellulaire : 250-869-9578
Télécopieur : 250-491-2381

Courriel : jesse.odonaghey@rcmp-grc.gc.ca

Suivez-nous :
Date de modification :