Un agent de la GRC lance le projet Arc-en-ciel – Le parcours de la visibilité

C.-B., Voiciquinoussommes

2020-10-15 07:52 HAP

Cap. Brendan Harkness

Interagir avec la très grande diversité qui compose nos collectivités fait partie du travail des services de police. Il est essentiel que les policiers reconnaissent et comprennent les enjeux auxquels font face les différents groupes de nos collectivités. Or, les relations entre les forces de l’ordre et l’un de ces groupes, soit la communauté LGBTQ2S+, peuvent, au mieux, être qualifiées de tendues.

Un agent de la GRC en Colombie-Britannique est déterminé à changer cette perception en renforçant la relation entre la communauté LGBTQ2S+ et la police.

Le caporal Brendan Harkness a passé les deux dernières années à travailler sur une campagne visant à souligner et à promouvoir l’acceptation, la diversité et l’inclusion de la GRC, et ce, tant au sein qu’en dehors de la GRC.

Tout au long de sa carrière au sein de la GRC, le caporal Harkness s’est laissé guider par deux choses. Tout d’abord, il voulait être un policier opérationnel et compétent. Depuis le début de sa carrière en 2008, il a choisi de travailler à plusieurs endroits pour démontrer sa capacité à agir comme un bon agent, y compris dans des contextes internationaux, éloignés et urbains.

Puis, sa deuxième motivation était de combler le fossé entre la communauté LGBTQ2S+ et la GRC. À tous les endroits où il a été en poste, il s’est efforcé de faire de la sensibilisation auprès des collectivités. Il a d’ailleurs été invité à prendre la parole lors de la seconde conférence LGBTQ2 internationale des professionnels de la justice criminelle tenue l’année dernière.

Il cherchait une façon simple de démontrer que la GRC est aussi inclusive et diversifiée que les collectivités qu’elle sert. Il croit que ce serait profondément significatif pour les employés et les collectivités si tous les détachements affichaient bien en vue un autocollant illustrant un arc-en-ciel, soit un symbole de la fierté gaie. Il a décidé de nommer cette campagne le projet Arc-en-ciel , et son lancement aura lieu le 15 octobre pour célébrer le mois de l’histoire LGBT.

Si j’avais vu un arc-en-ciel dans la fenêtre de la porte d’entrée de tous les détachements, cela aurait peut-être atténué mes doutes quant à ma capacité d’avoir une carrière dans les services policiers et faire en sorte que je n’aie pas autant de difficulté à décider si je voulais faire partie de la GRC , déclare le cap. Harkness.

Lorsqu’il était âgé de 19 ans, le caporal Harkness s’est demandé si une personne homosexuelle comme lui pouvait devenir policier. Il était préoccupé par la stigmatisation possible au sein de la GRC.

un autocollant illustrant un arc-en-ciel

Autocollant de le Projet Arc-en-ciel

Nous ne portons aucun jugement; abordez-nous sans crainte.

Nous sommes à l’écoute; parlez-nous en toute sécurité.

Nous tenons à afficher notre soutien à la diversité et à l’inclusion.

Nous cherchons à créer un milieu positif et sécuritaire pour tous.

Nous célébrons la diversité canadienne.

Nous sommes le corps de police national du Canada;
nous servons les collectivités avec fierté.
 

Son père, qui était lui aussi un agent de la GRC, a abordé la question de la discrimination avec lui; ensemble, ils ont essayé de trouver des stratégies pour éliminer et surmonter un tel obstacle.

Pour les policiers, ce qui compte le plus, c’est la façon de travailler, et non avec qui vous passez vos soirées une fois votre quart de travail terminé, ajoute le cap. Harkness. C’est pourquoi j’ai fait de mon mieux pour être aussi efficace que possible dès que je me suis joint aux forces de l’ordre.

Cela s’est avéré être une bonne stratégie pour surmonter des obstacles en tout genre. Son but premier était de faire le meilleur travail possible en tant qu’agent opérationnel.

Être un policier compétent et respecté m’a donné une voix au sein de l’organisation, puisque j’avais de la crédibilité auprès de mes pairs , raconte-t-il.

Il savait que s’il parvenait à démontrer qu’il était d’abord et avant tout un policier accompli et professionnel, son orientation sexuelle ne pourrait rien lui enlever.

Le caporal Harkness a commencé à rédiger l’analyse de rentabilisation du projet Arc-en-ciel il y a deux ans, lorsqu’il était chef de détachement à Hudson Hope.

À ses yeux, cette initiative avait une double signification. D’un côté, elle permettrait de démontrer clairement l’engagement de la GRC, soit s’assurer que les personnes de tous les horizons sont les bienvenues. D’un autre côté, elle permettrait aussi de montrer aux employés que nous avons un environnement de travail respectueux et inclusif.

Il se peut que le public ne sache pas à quel point notre organisation est diversifiée. Mon expérience a été très positive.

Compte tenu des obstacles du passé, le fait que la GRC appuie ce projet démontre à quel point l’organisation a évolué.

La GRC en Colombie-Britannique reconnaît que cette initiative tombe à point , déclare pour sa part la commandante de la GRC en Colombie-Britannique, la sous-commissaire Jennifer Strachan. Il est temps de nous montrer encore plus ouverts et réceptifs envers notre collectivité et les Canadiens. Cela démontre clairement qui nous sommes.

Le fait est que nous sommes inclusifs, et le projet Arc-en-ciel est une façon de le démontrer au public et à nos employés et de démontrer que toutes les personnes sont les bienvenues à la Gendarmerie , explique encore le caporal Harkness.

Mon travail, c’est l’application de la loi. En me joignant à cette organisation, c’est ce que je voulais faire. M’afficher aussi ouvertement et publiquement en tant que membre de la communauté LGBTQ a démontré l’intégrité dont je fais preuve dans le cadre de mon travail et mon désir d’aider les personnes avec qui je travaille , ajoute-t-il.

Aujourd’hui, le caporal Harkness est en Ukraine, où il participe à une mission de conseil de l’Union européenne en tant que conseiller stratégique en vue d’élaborer de la formation et de l’offrir aux services de police nationaux. Bien qu’il ne soit pas là pour apposer le tout premier autocollant dans la fenêtre de la porte d’entrée d’un détachement, il sait que le projet Arc-en-ciel vise à créer un symbole permanent et cohérent de la diversité et de l’inclusion, en plus d’envoyer un message d’espoir.

Lire l'article - Laisser entrer la lumière

Suivez-nous :
Date de modification :