L’aventure de toute une vie

C.-B., Services de police internationaux, Voiciquinoussommes

2020-05-29 11:11 HAP

J’ai su que je désirais m’engager dans la GRC lorsque j’ai visité le Dépôt de Regina, à l’âge de 14 ans . Dix autres années allaient s’écouler avant son retour au Dépôt, cette fois-ci comme recrue, mais une fois son diplôme en poche, la surintendante principale Maureen Levy a eu une carrière bien remplie qui l’a menée non seulement aux quatre coins du Canada, mais aussi dans des collectivités éloignées du Nord et tout autour du monde.

Je ne viens peut-être pas d’une famille aisée, mais ce dont je me souviens, c’est que dans ma jeunesse, les gens ne comptaient pas leur temps. Cela m’a profondément influencée , explique la surint. pr. principale Levy, chef adjointe de district dans le District du Lower Mainland. Je suis une personne introvertie, mais je me suis mise au défi. J’ai rencontré des gens de partout dans le monde, j’ai travaillé au sein de communautés vulnérables et je désirais contribuer à améliorer la vie des personnes qui ont besoin de notre aide.

Photo de la surint. pr. Levy en uniforme.
En septembre 2018, la surint. pr. Levy s’est rendue à Bagdad dans le cadre d’une mission de paix, une expérience qu’elle décrit comme le point culminant de sa carrière . Elle était déployée en Iraq dans le cadre de l’opération Inherent Resolve de la force opérationnelle interarmées multinationale (FOIM-OIR), une coalition internationale de soixante-quatorze membres mise sur pied pour vaincre Daech. Elle y exerçait un double mandat à titre de commandante du contingent de la police canadienne et de conseillère principale en matière d’égalité des genres. Son travail était axé sur la diversité et l’égalité des genres au sein des forces policières iraquiennes dans leur ensemble. En outre, elle assurait régulièrement la liaison avec les Nations Unies, l’Union européenne, de nombreuses ambassades, des ONG et le ministère de l’Intérieur du gouvernement de l’Iraq, lequel supervise tous les services de police. Elle a par ailleurs eu le privilège de visiter de nombreuses bases militaires iraquiennes pour y donner de la formation afin d’aider le gouvernement iraquien à créer un pays plus sûr et plus stable pour tous ses citoyens.

Photo de la surint. pr.. Levy en réunion

L’un des objectifs principaux de la mission était d’aider l’Iraq à établir une paix durable après des années de guerre et d’oppression. Pour faire régner la paix, il était nécessaire de réunir tous les principaux intervenants, y compris ceux ayant un intérêt direct, à une même table décisionnelle, et notamment de faire entendre le point de vue des femmes activistes du pays. C’est ici qu’entrait en scène la surint. pr. Levy. Son rôle consistait à accroître la représentation féminine au sein de l’univers des forces policières iraquiennes et à éduquer les hauts dirigeants du ministère de l’Intérieur aux avantages opérationnels d’un service de police plus diversifié et inclusif, et notamment au fait que les femmes occupant des postes de direction clé peuvent apporter un changement positif et instaurer la confiance au sein des collectivités desservies et protégées par les services de police.

Avant d’être déployée en Iraq, la surintendante principale Levy s’est rendue à Ottawa pour suivre un programme international intensif d’instruction relative aux opérations de soutien de la paix (IOSP). Cette formation était axée sur la santé et la sécurité des membres déployés à l’étranger et proposait des stratégies d’atténuation pour s’adapter et rester en santé dans un environnement étranger, loin du confort de la maison et de la famille.

Pendant son déploiement à Bagdad, la surint. pr. Levy a travaillé aux côtés d’autres agents de police canadiens et de membres des Forces armées canadiennes au sein d’une coalition dirigée par les États Unis, composée de soixante-quatorze pays membres, dont la Suède, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Italie, la Croatie, la France, l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la République tchèque.

Photo de la surint. pr. Levy avec d’autres membres de la coalition à Bagdad.

Il s’agissait du premier déploiement à l’étranger de la surint. pr. Levy, ce à quoi elle rêvait depuis qu’elle était une jeune gendarme œuvrant sur la ligne de front. Elle considère ces moments empreints d’humilité comme le point culminant de sa carrière. Elle a toujours voulu redonner aux moins privilégiés, et se dit toujours prête pour l’aventure.

Originaire de la Nouvelle-Écosse, la surint. pr. Levy s’est jointe à la Police montée en 1988, après avoir obtenu son diplôme de l’Université Dalhousie. Elle a d’abord été affectée à McLennan, dans le nord de l’Alberta, puis à Red Deer. Son esprit d’aventure inné l’a menée dans l’Arctique canadien en 1995 pour fournir des services de police de première ligne à Rankin Inlet et à Pangnirtung au Nunavut, puis elle a été transférée à Aklavik, dans les Territoires-du-Nord-Ouest, où elle a été promue caporale à titre de chef du Détachement. Il s’agissait là d’affectations au sein de collectivités accessibles par avion seulement, et le fait d’avoir servi dans l’Arctique canadien l’a aidée sans le savoir à s’adapter plutôt rapidement une fois déployée en Iraq.

Le moment fort de ce déploiement a été un voyage à Rome, en Italie, où elle a été invitée à présenter une allocution à l’occasion d’une conférence intitulée Les femmes, la paix et la sécurité pour célébrer la Journée internationale des femmes en mars 2019. Pendant son séjour à Rome, elle a rencontré une survivante de l’EI qui avait été prise en otage pendant trois ans. Cette femme lui a raconté son histoire, un moment particulièrement émouvant pour la surint. pr. Levy.

Entendre Lamiya Haji Bashar parler de sa captivité en toute franchise, sans aucune intention malicieuse, fut pour moi une véritable leçon d’humilité. Tout ce qu’elle voulait, c’était obtenir justice, et non pas se venger. Ce fut un véritable tournant pour moi , se souvient la surint. pr. Levy. Trop souvent, nous sommes absorbés par des choses sans grandes conséquences. Il nous faut simplement nous rappeler que si ce que nous faisons est véritablement important pour nous, si nous portons attention à la façon dont nous devons traiter les gens sans nous demander à qui reviendra le mérite, et si nous travaillons pour le bien commun, alors il n’y a rien à notre épreuve. La gentillesse et la générosité peuvent faire toute la différence!

Photo de la surint. pr. Levy avec Lamiya Haji Bashar.

Le Canada a commencé à déployer des agents de police dans le cadre de missions de paix dans le monde en 1989. Près de 4 000 agents de police canadiens se sont rendus dans divers pays du monde qui avaient besoin d’aide pour reconstruire ou renforcer leurs services de police. Ils ont ainsi pu faire l’expérience de conflits et d’autres difficulté, et travailler en collaboration avec les gens.

Au sujet de son travail dans des pays qui avaient connu l’EI, le terrorisme, la guerre et les régimes oppressifs, la surint. pr. Levy explique : Nous leur demandions quels changements ils espéraient obtenir et comment nous pouvions les aider. Nous n’étions pas là pour leur dire comment nous allions régler les choses pour eux!

Photo de la surint. pr. Levy devant un aéronef militaire.

Pour faire partie d’opérations internationales de soutien de la paix, il faut souhaiter réellement aider les personnes dans le besoin, avoir le sens de l’aventure, savoir rire de soi-même et être autonome. C’est une expérience où l’on vit parfois des sentiments d’isolement et de découragement, mais comme l’explique la surintendante principale Levy, je n’avais jamais vécu une telle leçon d’humilité. Ce fut l’expérience la plus gratifiante et la plus marquante de ma vie.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la GRC et sur ses missions de paix, veuillez visiter notre site Web.

Diffusé par

Services de communication de la GRC en C.-B.
Téléphone : 778-290-2929
 

Suivez-nous :
Date de modification :